Nous sommes au coeur de la semaine de la FASHION REVOLUTION WEEK,

organisé par le collectif  fashion révolution, suite au drame survenu le 24 avril 2013, à Dhaka au Bangladesh, les ateliers de confection à Dhaka, Bangladesh s’effondraient, faisant plus de 1.100 morts et quelque 2.500 blessés. Depuis, le collectif Fashion Revolution , lancé par la créatrice britannique Carry Somers organise tous les ans des manifestations pour commémorer ce drame. Ce mouvement s’étend désormais dans 70 pays, et cette année, l’événement se déroule sur une semaine.

Il s’agit de sensibiliser les consommateurs, professionnels et pouvoirs publics sur le revers de la mode. « La Fashion Revolution Week consiste à s’interroger sur la façon dont les vêtements sont produits. Où ? Quand ? Comment ? Par qui ? Dans quelles conditions ? (Source internet).

De plus en plus de marques  sont sensibles à ce mouvement,  comme H&M (#conscious) et zara (#joinlife) et plusieurs autres marques, qui ont pris conscience des enjeux qu’entraine la production aveugle.

Pour ma part, c’est une évidence d’être transparent sur tout le processus de production, comme une marque modest que j’aime beaucoup citer GULSHAAN, qui met en avant le fait que ce soit une marque éthique et responsable produite au Pakistan ou SAWA, la marque de chaussures produite entièrement en Afrique dont toute la matière première est également en provenance du continent africain.

Aujourd’hui un vêtement n’est plus qu’un simple vêtement pour se couvrir, il donne du sens à ce que nous portons surtout si il a une histoire et que en amont ça peut améliorer le cadre de vie des artisans, apporter du soutien, créer de l’emploi.

Les internautes, étaient au rendez-vous pour soutenir cette initiative

Je suis ravie que ce mouvement prenne de l’ampleur et que chaque marque prennent ses responsabilités et ne peut ignorer ce qui se passe.

Il n’y pas de proposition éthique,  il n’y a que des actes éthiques. Ludwig Wittgenstein